Groupe Génération.s écologique et solidaire

Mars 2018

 

La rénovation énergétique, une nécessité

La rénovation énergétique est une nécessité dans la lutte contre le changement climatique. Le projet du gouvernement, dans le cadre du Plan Climat, devrait permettre la rénovation des logements mal isolés afin d’améliorer les conditions de vie des personnes qui y vivent –notamment les 5 millions de foyers en situation de précarité énergétique– et aussi de faire en sorte que la France réduise sa consommation d’énergie et ses émissions de

gaz à effet de serre. Le budget prévu est de 2,8 millards d’€ annuels, avec un objectif de 500 000 logements rénovés par an.

Or ces objectifs sont à peine plus élevés que ceux du quinquennat précédent. Si l’on voulait atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, afin de se conformer au plan

Climat du Parlement européen, il serait nécessaire d’augmenter de 14 à 20 milliards le budget du plan de rénovation durant le quinquennat. Mais ce qui est important, c’est la répartition de ce budget et, dans ce cadre, la place des collectivités locales disposant d’un plan Climat -air-énergie est indispensable. Il faudrait assurer également des aides financées stables pour les ménages et les copropriétés en développant notamment des sociétés de tiers financement pour piloter et financer les opérations de rénovation thermique.

À Chevilly-Larue, dans le cadre de l’Agenda 21, nous menons la lutte contre la précarité énergétique et nous délivrons une aide aux particuliers qui réalisent des travaux de rénovation en aménageant leurs combles. De plus, nous avons en projet de conseiller les copropriétés qui souhaiteraient développer un projet de rénovation thermique.  

Laurent Taupinmaire-adjoint et élu du groupe Génération.s écologique et solidaire

Février 2018

Accueillons plus dignement les migrants

Au mois de décembre 2017, plus de vingt associations ont saisi le juge des référés du Conseil d’État à propos de la circulaire du 12 décembre visant à mettre en œuvre le tri des personnes étrangères dans les centres d’hébergement.

En effet, cette circulaire organise « l’examen des situations administratives dans l’hébergement d’urgence » par des « équipes mobiles » composées d’un ou plusieurs agents de l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) et d’agents de la préfecture compétents en droit des étrangers.

Par ce texte qui instaure des procédures de recensement et d’évaluation des personnes sans abri ou hébergées à raison de leur nationalité, nous assistons à une remise en cause des principes fondamentaux qui gouvernent l’hébergement des plus démunis. Cette mesure fragilise les responsables des centres d’accueil ainsi que les associations qui ne pourront plus garantir la sécurité des personnes.

En prévoyant un tri selon la nationalité ou le statut administratif des personnes dans les centres d’hébergement, la circulaire en vient donc à hiérarchiser, voire à mettre en concurrence, les situations de pauvreté. Ce sont clairement les migrants qui sont visés par cette circulaire, ceux qui, venus au péril de leur vie trouver refuge en Europe, sont ainsi traqués par l’administration française.

Cette orientation du gouvernement surfe sur une opinion publique favorable au rejet des migrants et des réfugiés. Nous sommes fiers à Chevilly-Larue d’avoir accueilli dans l’ancienne gendarmerie plusieurs dizaines de réfugiés, car l’accueil des plus démunis doit rester une tradition française.

 

Laurent Taupin, maire-adjoint et élu du groupe Génération.s écologique et solidaire

Janvier 2018

 

Chevilly-Larue adopte son deuxième Agenda 21

 

Le Conseil municipal de Chevilly-Larue a adopté lors de sa séance du 14 décembre son deuxième Agenda 21, c’est-à-dire son programme d’actions en matière de développement durable. Établi pour une durée de 8 ans, notre Agenda 21 a, d’ores et déjà, validé 10 objectifs et 19 fiches actions pour les 3 prochaines années. Nous avons construit un programme qui fera que tous les agents et tous les élus seront, à un moment donné, chargés d’un dossier autour de l’Agenda 21.

Aujourd’hui, la question écologique et environnementale touche tous les aspects de la société et les villes ont un rôle tout particulier à jouer pour sensibiliser et impulser des politiques qui permettent de réduire les gaz à effet de serre ainsi que la pollution tout en limitant les effets du dérèglement climatique.

Nous vivons dans un monde qui est à la croisée des chemins. Soit nous continuons de brûler les énergies fossiles pour le seul profit égoïste de quelques-uns tout en mettant en péril les générations futures, en laissant les pays situés sur les zones des tropiques et de l’Équateur supporter les effets les plus terribles du changement climatique. Soit nous optons franchement pour une transition écologique de la société, qui permettra de limiter le réchauffement climatique tout en améliorant le bien-être de chacun. Ce serait là aussi un acte de solidarité, non seulement vis-à-vis des plus modestes autour de nous, mais aussi vis-à-vis des pays les plus pauvres de la planète.

Nous vous souhaitons, à toutes et à tous, une très bonne année écologique et solidaire.  

Laurent Taupin, maire-adjoint et élu du groupe Génération.s écologique et solidaire

Informations annexes au site