Citoyenneté

Violences faites aux femmes

Vers une éducation pour l’égalité femmes-hommes

Mis en ligne le

Le 25 novembre aura lieu la journée contre les violences faites aux femmes. Mais la municipalité n’a pas attendu cette date pour faire de la lutte contre ces violences et l’égalité entre les femmes et les hommes une priorité.

Le 15 octobre, une deuxième table ronde du comité consultatif "Ensemble pour l’égalité femmes-hommes", qui faisait suite à celle du mois de juin, était consacrée cette fois-ci à l’éducation à l’égalité. Par petits groupes, les participantes (malheureusement aucun homme n’était présent) ont planché sur la sensibilisation, l’information et la prévention en formulant des propositions concrètes pour faire avancer l’égalité femmes-hommes dès le plus jeune âge.

Parmi elles, la mise en place d’ateliers de sensibilisation (formation des professionnels de l’enfance et de la jeunesse, éducation au consentement chez les ados, lutte contre les stéréotypes chez les tout-petits, etc.), ou encore la féminisation des lieux publics (éclairage des rues sombres, réaménagement des cours d’école pour favoriser la mixité de l’espace, etc.). « Même si je regrette l’absence des messieurs, je suis agréablement surprise de rencontrer des personnes investies, déjà sensibilisées et engagées qui accordent de leur temps.

"Les débats ont été très enrichissants, d’où l’intérêt de faire participer les Chevillaises et les Chevillais à la réflexion autour des actions qui seront mises en place par la suite" explique Amel Matouk, conseillère municipale déléguée à la Lutte contre les discriminations et les violences faites aux femmes.

En plus d’annoncer la campagne de sensibilisation que la commune va mener autour du 25 novembre, cette deuxième table ronde, organisée par un comité consultatif constitué de professionnel(le)s, de citoyen(ne)s et d’élu(e)s, fait partie d’un processus qui vise à mettre en place un nouveau plan pour l’égalité femmes hommes.

Dans ce cadre, la municipalité va signer dans les jours à venir une convention avec AUVM, association qui aura en gestion le logement d’urgence que la commune a mis à disposition de la Mission hébergement logement du Conseil départemental pour l’accueil des femmes victimes. Elle s’apprête également à apposer une plaque commémorative en hommage à Korotoume Tandian, victime de féminicide en août 2020. Une troisième table ronde est prévue le 4 décembre autour de la place de la femme dans la ville.

✹ Sylvia Maurice