Vos services publics



Les agents du secteur Régie-bâtiments et du magasin : des agents tous travaux

Plombier, peintre, serrurier, maçon, électricien, … Les agents du secteur Régie-bâtiments et du magasin, au Centre technique municipal, sont tout autant spécialistes dans leur domaine que polyvalents.

Qui rénove les crèches et les écoles ? Qui intervient dans tous les services municipaux lorsqu’une étagère est à poser ou qu’une lampe est à changer ? Les agents du secteur Régie-bâtiments et magasin du Centre technique municipal sont une quinzaine, aguerris chacun dans un domaine bien précis. La ville compte ainsi deux plombiers, trois électriciens, deux menuisiers, un serrurier, trois magasiniers, un peintre, un serrurier, un maçon et un responsable d’alarmes (sans oublier un adjoint au responsable). Leur mission ? « Nous avons en charge l’entretien et le dépannage de tout le patrimoine bâti de la ville », explique Sébastien Guilbert, le responsable du secteur Régie-bâtiments et du magasin. Entendez par là les écoles, les bâtiments administratifs, les gymnases, le théâtre, le conservatoire, etc. Un robinet qui fuit ? Une porte qui coince ? C’est leur quotidien. « On travaille aussi beaucoup avec le secteur Manutention-Fêtes et cérémonies. C’est nous qui avons fait le traîneau et les décorations du marché de Noël ou encore les papillons dans les jardinières devant le lycée ». Mais ce n’est là qu’une partie de leur travail.

Assurer la sécurité des bâtiments

Par exemple, ils s’assurent également que les bâtiments municipaux appelés à recevoir du public sont en conformité avec les normes en vigueur.
« Nous participons à toutes les commissions sécurité », y compris celles concernant les salles polyvalentes, où les associations de la ville tiennent régulièrement leurs activités (salles Léo Ferré, Jacqueline Auriol, etc), ou même l’église Sainte-Colombe. Il en est de même pour les Conseils d’école, ce qui leur permet d’être au premier chef pour recueillir les demandes (dont celles des représentants des parents d’élèves) et rendre compte du suivi qui a été donné. De manière générale, la régie a établi avec certains services municipaux, tels le service Enseignement-Enfance ou le service des Sports, une procédure privilégiée qui favorise des rencontres régulières, pour que chacun suive au plus près les besoins de travaux et l’avancée d’un chantier en cours. C’est ainsi que dernièrement l’équipe de la régie a réparé les chéneaux du toit du gymnase Dericbourg et assuré de gros travaux de plomberie au parc des sports.

Polyvalence et gros chantiers

« Ce qui est sympa dans notre travail, c’est qu’on ne fait jamais la même chose ». Jean-Paul Laguilliez, peintre, est ravi de l’évolution de ses fonctions ces dernières années. « Avant je ne faisais que de la peinture, aujourd’hui on est polyvalent. C’est plus intéressant ». Un propos sur lequel il est suivi par ses collègues. « On travaille en équipe. Alors on a toujours quelque chose à faire » renchérit Gilles Beneytout, plombier. La polyvalence, tel est le maître-mot. Si chacun a une spécialité, tous sont qualifiés pour intervenir sur les différentes phases d’un même chantier. Cette évolution du secteur Régie-bâtiments lui permet d’assumer de gros chantiers. Ainsi par exemple, ce sont ces agents municipaux qui ont réalisé dernièrement la rénovation de la crèche Maison bleue ; ils ont ainsi à leur actif toute la réfection des peintures, des sols, de l’éclairage, sans oublier le décapage complet du toit (démoussage, rénovation et nettoyage des chéneaux). Ce sont eux également qui cet été se lanceront dans la rénovation de quatre classes et d’un préau.
« C’est motivant », ajoute encore Gilles Beneytout. L’envie de rendre service chevillée au corps, il faut les entendre raconter, non sans une certaine émotion dissimulée, leurs « oeuvres », comme ces deux bars qu’ils ont réalisé entièrement, l’un pour le théâtre, l’autre pour le service Jeunesse. « On a acheté nous-mêmes les matériaux, on a imaginé le mobilier ! Au pôle collégiens, on a refait les peintures et créé un sanitaire à l’étage, mais on leur a fait aussi une petite scène fixe pour leurs spectacles ».

Transmettre les savoirs

Fiers de leurs savoir-faire, ils ont la satisfaction de ne pas voir leurs tâches confiées à une entreprise privée. Pourtant souvent celles-ci sont rudes. Cet hiver, sur le toit du gymnase Dericbourg, ils ont souffert du froid. « Du matin jusqu’au soir, on était gelés ! » Les risques de blessure sont certes heureusement très limités, grâce au port des équipements de protection individuelle ; masque, gants, chaussures, harnais et autres sont obligatoires. Il n’empêche, les efforts physiques sont réels. « Des fois, il n’y a pas besoin de berceuse le soir ! » Qu’importe ! Il est une autre chanson qui leur trotte régulièrement dans la tête : l’envie de partager, de transmettre leurs savoirs aux nouvelles générations. Alors, en juillet et en août, l’équipe encadrera des jeunes qui, le temps d’un chantier d’été, s’attèleront à la réfection du commissariat de L’Haÿ-les-Roses. Et surtout, d’ici quelques jours, elle accueillera un jeune Chevillais en emploi d’avenir. C’est Gilles Beneytout qui sera son tuteur et qui lui transmettra son métier de plombier. Et c’est au sein de toute l’équipe qu’il apprendra l’amour du travail bien fait.

Commentaires

Connectez-vous ou créez un compte utilisateur pour commenter.

 
Haut de page