Astuces et règles de vie : la FAQ

Afficher le filtrage

Filtrer les questions par :
S'abonner au flux RSS de l'agenda

Affichage des résultats 1 à 5 sur 25 au total.

Santé

Violences conjugales

L’expression « violences conjugales » correspond à un ou des actes de violence dont l’auteur et la victime peuvent être époux, concubins, partenaires liés par Pacs ou séparés.

Face à ces faits, la victime peut envisager plusieurs actions. Grâce à l’ordonnance de protection instituée par la loi du 9 juillet 2010, la victime peut obtenir, sous réserve de preuves suffisantes, des mesures d’urgence contre l’auteur des violences telles que l’éviction du domicile de la personne violente ou le relogement en cas de départ du domicile. Le dépôt de plainte est également possible. Rappelons que le fait de commettre un acte de violence dans le cadre du couple constitue un délit passible d’une peine de prison variant de 3 ans à la perpétuité et par le paiement d’une amende de 15 000€ à 150 000€. Les violences subies par la victime ont des conséquences sur sa santé (traces de coups, traumatismes physiques ou psychologiques, blessures). Il est important, que la victime souhaite ou non porter plainte, de les faire constater par un médecin qui établira un certificat médical accompagné, selon la gravité des faits, d’une incapacité totale de travail, que la victime exerce ou non une activité professionnelle. 
Chevilly-Larue se mobilise contre les violences faites aux femmes en mettant en place une permanence téléphonique d’écoute et de conseil au 07 77 79 54 60. Il est également possible d’appeler le numéro national gratuit 3919.

Santé

Recommandations sanitaires vis-à-vis des pigeons

Certes les pigeons font le charme de Paris et sa banlieue. Mais ils sont aussi source d’importantes nuisances : bruit, fientes acides qui attaquent la pierre et surtout risques de transmission de maladies graves y compris à l’homme.

Le risque sanitaire est d’autant plus grand que la nourriture laissée aux pigeons attire également les rats. Selon le règlement sanitaire départemental (art. 26 et 120) en vigueur dans le Val-de-Marne, il est interdit de donner à manger aux pigeons et autres oiseaux en liberté : « Il est interdit de jeter ou déposer en tous lieux et établissements publics, jardins, parcs, bois, promenades, etc, des graines ou toute nourriture susceptible d’y attirer les animaux errants, sauvages ou redevenus tels, notamment les chats et les pigeons. La même interdiction est applicable aux voies privées, cours ou autre partie d’un immeuble ou d’un établissement (...) ». Les contrevenants à cette règle sanitaire s’exposent à une amende pouvant atteindre 450€.

Santé

Changer de médecin traitant...

Pour bénéficier d’un suivi médical et d’un meilleur remboursement des soins, toute personne de plus de 16 ans (qu’elle soit assurée ou ayant droit) doit choisir et déclarer un médecin traitant. Il peut exercer seul, au sein d’un cabinet, dans un centre de santé ou encore à l’hôpital. Cependant, chacun est libre de changer de médecin traitant à tout moment, sans aucune condition et aucune justification. Pour ce faire, il est inutile d’en informer au préalable le précédent médecin traitant. En revanche, une nouvelle déclaration de choix de médecin traitant doit être remplie par le nouveau médecin et renvoyée par l’usager à sa Caisse d’assurance maladie.

La déclaration de médecin traitant est téléchargeable sur le site ameli.fr

Santé

Quand composer le 18 ?

Il est des situations d’urgence qui nécessitent l’intervention des sapeurs-pompiers. Mais attention, le 18 (le 112 depuis un téléphone portable) est une ligne uniquement dédiée aux appels d’urgence : la personne qui appelle doit donc se trouver face à un besoin de secours avéré ou potentiel.

On peut donc composer le 18 en cas d’incendie, de fuite de gaz, d’accident de circulation, de malaise, de chute ou toute autre situation d’urgence (noyade, asphyxie, …) nécessitant des secours à personne. Les pompiers sont également habilités à intervenir en cas de risques de chute d’objets sur la voie publique (briques menaçant de tomber d’un toit, …) ou en cas de conséquences liées à un évènement climatique (inondations, …). En revanche, il n’incombe pas aux sapeurs-pompiers d’intervenir pour procéder à l’enlèvement de nids d’insectes par exemple, à moins que ceux-ci ne soient implantés aux abords directs d’une crèche ou d’une école. Enfin, les Chevillais peuvent composer le 15 en cas de maladie aux heures où les cabinets médicaux sont fermés afin d’être éventuellement orientés vers le Service d’accueil médical initial (Sami).

Vigilance

Vente à domicile

Chacun a sans doute un jour reçu la visite d’un vendeur à domicile venu proposer l’achat d’un canapé, d’un équipement anti fumée ou autres produits. Rappelons que la vente à domicile est une démarche encadrée par la loi du 22 décembre 1972 qui vise à protéger le consommateur de techniques de ventes agressives et des abus de faiblesse. Certaines entreprises ont parfois malheureusement recours à des méthodes de ventes abusives, il est donc conseillé aux personnes fragiles de se tenir sur leur garde avant de signer tout document. Il est également recommandé de se méfier des entreprises qui proposeraient des prestations d’isolation en s’appuyant sur les cartes thermographiques de la ville. En cas de vente effective, tout contrat doit être rédigé en plusieurs exemplaires et comporter, sous peine de nullité, le nom du démarcheur, les noms et adresse du fournisseur, l’adresse de conclusion du contrat, les caractéristiques du bien ou service proposé et les conditions d’exécution du contrat. Le consommateur dispose d’un délai de sept jours francs pour exercer son droit de rétractation sans avoir à justifier de motifs ni à payer de pénalités. Lorsque le droit de rétractation est exercé, le professionnel est tenu de rembourser sans délai le consommateur et au plus tard dans les trente jours suivant la date à laquelle ce droit a été exercé. Au-delà, la somme due est, de plein droit, productive d’intérêts au taux légal en vigueur. Toute infraction aux règles définies par la loi est passible d’un an d’emprisonnement ou de 3750 € d’amende. Cette peine peut être alourdie lorsque le vendeur a abusé de la faiblesse de son client.

Informations annexes au site