Groupe Chevillais et Insoumis

Septembre 2020

 

Une municipalité à vos côtés pour cette rentrée de tous les dangers

Comme la plupart des habitants de Chevilly-Larue, nous sommes soucieux et attentifs. Attentifs pour notre santé en raison de cette pandémie qui n’en finit pas. Attentif aux conséquences de la crise économique et sociale sur notre vie de tous les jours. Attentifs aux canicules toujours aussi intenses, énième signal d’alarme du réchauffement climatique. Mais surtout préoccupés par un pouvoir politique national incapable de répondre à ces défis.

Dans cette atmosphère pesante, votre municipalité et ses élus préparent cette rentrée afin de vous permettre de trouver une vie la plus normale possible, faite de plaisirs quotidiens, simples mais précieux.

Du marché campagnard au forum de rentrée où vous seront proposées de nombreuses activités, en passant par le Job truck qui vous accompagnera dans vos démarches de recherche d’emploi, le mois de septembre à Chevilly-Larue fourmillera d’activités et de services permettant à chacun et à chacune, quel que soit son âge ou sa situation, de rendre notre quotidien plus agréable.

Aux côtés d’une équipe municipale forte de votre confiance renouvelée, vos élus Boukouya Fofana, Nathalie Tchenquela-Grymonprez, Sylvain Mailler, Nathalie Chardaire et moi-même, travaillent à ce que cette rentrée vous soit riche de propositions.

 

Hadi Issahnane, conseiller municipal, président du groupe Chevillais(es) et Insoumis(es)

(Nathalie tchenquela-Grymonprez, Boukouya Fofana, Nathalie Chardaire, Sylvain Mailler)

Juillet/août 2020

 

Mobilisons-nous pour l’école

 

La crise du Covid-19 et la continuité éducative auront exacerbé inégalités sociales et scolaires : tous les enfants n’ont pas eu accès à l'école en distanciel faute d’accès aux outils numériques et ont ‘’décroché’’. Suite au confinement et à l’anxiété générée, les inscriptions ne sont pas toutes enregistrées. Enseignants, parents d'élèves et associations de parents craignent maintenant des fermetures de classes. Leurs inquiétudes sur les conditions de travail, le nombre de classes, le nombre d'élèves par classe et les moyens alloués sont légitimes. Les ‘’classes bondées" dénoncées par M. Blanquer favorisent la propagation des épidémies, le manque de remplaçants (notamment lors d’épidémies type grippe, gastro et aussi Covid) surcharge également les classes. Plus que jamais, des moyens supplémentaires sont indispensables pour garantir le bon fonctionnement des établissements et assurer une éducation juste et égale pour tous. Le dispositif 2S2C que souhaite mettre en place le ministre est une fausse solution : il aurait pour conséquences d’évincer Sport, accès à la Santé, Culture et Citoyenneté du champ de l’école au profit d’associations ou de services municipaux, renforçant toujours plus les inégalités. Cela rappelle la réforme des rythmes scolaires (TAP(1)), remise au goût de la crise sanitaire et économique, le tout une fois de plus devant être géré financièrement par l’impôt communal. L’éducation doit rester nationale et égale pour tous.


(1). TAP : Temps d’accueil périscolaires

 

 

Nathalie Chardaire • conseillère municipale, élue du groupe chevillais(es) et insoumis(es) (Hadi Issahnane, Nathalie Tchenquela-Grymonprez, Boukouya Fofana, Sylvain Mailler)

 

Juin 2020

 

Dès le 13 mars, sous l’impulsion de sa maire, notre municipalité a pris la mesure de la situation pour maintenir ses services essentiels en direction notamment des plus vulnérables d’entre nous.Elle a su mobiliser des centaines de Chevillais dont l’engagement est à remercier ici, pour équiper aussi vite que possible, sa population de masques.

Mais tout ne peut reposer sur les collectivités locales sans que les moyens ne leur soient donnés.Sur le terrain économique et social les inquiétudes sont grande.

Fermeture de l’aéroport d’Orly pour plusieurs mois, menaces sur l’usine Renault de Choisy-le-Roi alors que l’entreprise reçoit dans le même temps une aide conséquente de l’État, sans parler des PME Chevillaises...

Le chômage et la perte de revenu comme corollaire vont frapper durement le pays, la ville et ses habitants.Nos quartiers les plus fragiles sont particulièrement exposés. Leurs populations sont les premières à plonger dans la crise du fait de leur grande précarité et les dernières à bénéficier d’une reprise économique, aujourd’hui bien incertaine.

Il faut donc nous attendre à une explosion des besoins de nos concitoyens, alors même que les moyens de la Ville, déjà largement affectés par l’austérité budgétaire ces dernières années, seront durement touchés par la récession.

En somme, l’État ne doit pas envoyer les communes sur le front de guerre, armées de sacs poubelles.Il doit rompre avec cette camisole financière sous peine de faire exploser les inégalités sur nos territoires. Inégalités qui auront à leur tour, n’en doutez pas un instant, des conséquences désastreuses dans notre capacité à maintenir la cohésion sociale.Ce virus nous a enseigné au moins une chose : quoi qu’il arrive à des êtres humains à l’autre bout de la planète, nous sommes tous concernés.

 

HADI ISSAHNANE, au nom du groupe Chevillais et Insoumis

(Nathalie Chardaire, Murielle Desmet, Boukouya Fofana, Sylvain Mailler, Nathalie Tchenquela-Grymonprez)

Informations annexes au site