Groupe Parti de Gauche

Elus du groupe Parti de Gauche : André Deluchat, Murielle Desmet, Dominique Lo Faro, Frédéric Sans et Natahlie Tchenquela-Grymonprez

Mars 2018

 

La jeunesse mérite mieux que ça !!! 

 

Le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP+) est une bonne idée si les moyens sont suffisants et si le nombre d'élèves pour les autres niveaux diminue. Ce n'est pas le cas.

À Chevilly-Larue, seul le groupe scolaire Paul Bert sera concerné l’année prochaine. Des enseignants seront-ils nommés ? Simultanément, se pose la question des locaux avec l'augmentation des effectifs en primaire. Contrairement à ce que disent certaines publications, la ville a anticipé cette évolution. Au niveau national, le gouvernement supprime des classes en zone rurale, ”récupère“ des effectifs et tente de régler un problème pour en créer un autre.

Les réformes de l’école qui se succèdent ont toutes le même objectif. Elles visent avant tout à répondre à des contraintes budgétaires et se font sans évaluation des dispositifs, à l’image de la question des rythmes scolaires. La place de l’enfant a été

reléguée au second rang alors qu’elle aurait dû être centrale. Au vu des besoins, il est impératif de recruter davantage de professeurs pour donner leur chance à tous les enfants de notre pays. La République une et indivisible nous oblige. Mais les décideurs actuels ou passés s'en dispensent !

De plus, les diplômes sont menacés. La réforme du baccalauréat en est la preuve. Avec le contrôle continu et les disparités existantes entre les établissements, le bac deviendra une marchandise et n’aura plus la même valeur sur l’ensemble du territoire. Cela ajoute de l’inégalité à un système déjà profondément injuste. Plus encore, cette réforme fait l’impasse sur la filière professionnelle qui peut conduire à des savoirs d’excellence méritant d’être davantage reconnus pour porter de grands projets collectifs pour notre avenir. Pour la France Insoumise, le droit à l'émancipation doit être un marqueur indéfectible pour l'ensemble des jeunes. 

Par André Deluchat, Murielle Desmet, Dominique Lo Faro, Frédéric Sans, Nathalie Tchenquela-Grymonprez, élu(e)s du groupe Parti de Gauche

Février 2018

Macron et la Métropole du Grand Paris : démocratie ou baronnie ? 

Depuis 2016, la Métropole du Grand Paris se construit mais ne répond pas aux attentes des populations franciliennes. Son organisation doit être revue. La décision finale du Président de la République se fait toujours attendre. Il doit pourtant faire un choix. Notre crainte est forte qu’il persiste à privilégier la compétition européenne et internationale plutôt que le mieux-être et le mieux-vivre des gens.

Première option, Emmanuel Macron peut décider de centraliser davantage l’organisation territoriale, ce qui reviendrait à ériger de nouvelles baronnies et à concentrer le pouvoir entre les mains de quelques potentats locaux, Paris ou la Région, au détriment des départements et des communes.

De plus, envisager la suppression des départements accentuerait l’abandon des populations périphériques au vu de tout ce que la politique départementale apporte aux citoyens ! Pour le Val-de-Marne, que deviendront les avancées en matière d’action sociale, de crèches, de PMI, de parcs départementaux, de collèges, de culture, de carte Imagine R jeune à 25%, de carte Améthyste pour tous les retraités à prix réduit, de voies départementales ... ?

Mais il y a une seconde option. Emmanuel Macron peut aussi choisir d’insuffler une respiration consolidant la démocratie locale et les politiques mises en œuvre. Ce choix-là permettra de renforcer le rôle du département, des communes et des intercommunalités fondées sur des projets réels et pertinents pour être vraiment au service des gens. C’est cette voie que nous défendons, car c’est dans ce sens que doit toujours aller l’action publique. 

 

par André Deluchat, Murielle Desmet, Dominique Lo Faro, Frédéric Sans et Nathalie Tchenquela-Grymonprez

Janvier 2018

 

Année 2018 : on continue

L’arrivée au pouvoir d’un nouveau Président a été une fois de plus marquée par la poursuite de l’austérité et les contraintes budgétaires. Déception et désillusion s’imposent au fur et à mesure que le gouvernement précise ses choix. C’est la même politique inefficace et les mêmes effets néfastes ! En attaquant les communes le gouvernement ne fait que réduire le champ du service public et du lien social.

Car sans action publique la culture, le sport et les arts sont abandonnés à la logique du profit et à l’argent roi. L’être humain a toujours été un être social. Il se construit à travers les relations qu’il entretient et développe autour de lui. Bien vivre ensemble, voilà l’horizon de notre action. Permettre aux gens d’avoir des conditions de vie dignes, d’être reconnus, valorisés, de se sentir intégrés et utiles dans la société, de pouvoir accéder aux savoirs et participer pleinement à la vie de la cité.

George Orwell a passé beaucoup de temps auprès « des gens ordinaires », il y a vu une culture basée sur la bienveillance, l’entraide, la gratitude, la solidarité qui s’ancre dans nos vies quotidiennes, qu’il appelle « une décence commune ». Soutenons le rapport désintéressé aux autres. Samedi 9 décembre nous fêtions l’anniversaire de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État. La laïcité ne peut être une simple déclaration d’intention, mais un véritable combat politique, comme il le fut à l’époque. Face à la menace des replis sur soi, son clan, sa tribu, sa communauté, tout ce qui sépare, délivrons un message de tolérance et de fermeté. La liberté de conscience permet le vivre ensemble, transmet des valeurs qui s’appliquent à tous sans distinction de sexe, de religion ou autre appartenance. Nous sommes égaux en droits et en devoirs, la République permet l’égalité entre nous. Un grand merci à tous les agents du service public municipal qui font vivre la démocratie de proximité. Une bonne année 2018. 

par Dominique Lo Faro, maire-adjoint, élu du groupe Parti de gauche

Informations annexes au site