Vos services publics



Les agents du réveillon de la solidarité : ils ont fait la magie de Noël

Ils étaient plus de 40 agents communaux à travailler au soir du 24 décembre lors du réveillon de la solidarité offert, pour la troisième année, par la commune aux familles les plus fragiles et aux personnes seules.

À l’installation de la salle, au service à table, aux sons et lumières, ils ont tout mis en oeuvre, jusqu’à très tard dans la nuit, pour faire de cette soirée un moment exceptionnel. Au soir du 24 décembre, le réveillon de la solidarité a enchanté les Chevillais qui y étaient invités. Repas de fête, succession d’animations, distribution de cadeaux par le Père Noël, … il ne manquait rien.
Les convives (plus de 350) étaient ravis, les enfants enchantés, en proie au bonheur d’une soirée inoubliable. Cette soirée, c’est au dévouement et au professionnalisme des agents présents ce soir-là que chacun la doit.

Un travail de Titan

C’est très en amont que les services municipaux compétents (services techniques, de la Restau-ration, des Relations publiques, de l’Action sociale, etc) ont préparé tout le déroulé de cette soirée. Un appel a alors été lancé dans tous les services aux agents qui seraient volontaires pour être présents ce soir-là ; toutes les candidatures n’ont pu être retenues, tant il y en a eu. Au jour J, rendez-vous était fixé à chacun à 16h au gymnase Marcel Paul, déjà décoré. Tous ont alors pris leurs fonctions : une dizaine d’agents en cuisine, un agent à l’électricité, les autres au service. Et chacun s’est attelé à la mise en place des 200 tables et 450 chaises, à la préparation des cadeaux, au dressage des assiettes, etc. À 17h45, dernière réunion. Puis, après s’être préparés et restaurés, à 19h ils étaient prêts pour accueillir le public. Pointer les noms à l’entrée, conduire les convives à leur table, veiller à ne pas séparer les familles qui souhaitent dîner ensemble, … c’est une perspicacité de tous les instants.
De l’entrée au dessert, c’est un ballet incessant ; à raison de 40 m de traversée à chaque aller et venue, la fatigue pèse au fil des heures. Passé minuit trente, quand les animations se sont terminées, quand le Père Noël est reparti, quand les yeux des enfants se sont faits lourds, a commencé alors le nettoyage et le démontage. Empilage des tables et des chaises, enlèvement de la moquette, stockage du matériel, … ce n’est que vers 2h30 du matin que chacun a pu commencer à souffler.

Plaisir d’offrir

« Ce n’est pas évident de ne pas être auprès de sa famille le 24 décembre », souligne Hocine, agent volontaire. Certes la soirée est payée aux agents, mais ce n’est pas cela leur motivation première.
« Cela me plaisait de passer un moment avec des gens qui sinon n’auraient pas pu faire Noël », ajoute Olivier. « On a vraiment l’impression d’être utile. Ce n’est pas une contrainte, pas une obligation ; c’est une vraie envie de faire. La première année, je croyais même que c’était bénévole ». Le bonheur que les agents lisent sur les visages des convives leur fait oublier la fatigue. Dans le feu de l’action, les fonctions qui d’ordinaire distinguent les agents, s’effacent. « Il n’y a plus de différence entre nous », apprécie Alain. « J’aime cette idée que le réveillon offert par la Municipalité ait vraiment lieu le 24 au soir. C’est dans ces moments-là que, pour moi, les valeurs de liberté, égalité et fraternité prennent tout leur sens ».

 
Haut de page